Les 5 shifts à faire pour entreprendre

[Traduction Startup] Give it 5 minutes
22 février 2017
Agilité et innovation sont dans un bateau…
10 mai 2017

Les 5 shifts à faire pour entreprendre

Depuis sa création, le Shift a accompagné plus d’une centaine d’entrepreneurs. Au fil de ces projets et de ces rencontres, nous avons identifié 5 shifts à faire pour embrasser pleinement l’aventure entrepreneuriale et mieux vivre ses premiers pas de créateur.

Mais au fait, c'est quoi un shift ? un shift, en anglais, désigne un changement (de posture, de direction), une mutation, un revirement ou une transformation. “To shift gears” veut également dire “passer les vitesses”.

Shift #1 - De parfait à fait

On ne le dira jamais assez, pour faire les choses bien, il faut d’abord faire des choses. La perfection n’existe pas et c’est une notion relative : ce qui est parfait pour vous ne l’est sans doute pas pour moi :) Il faut donc arrêter la paralysie analytique, la recherche de la perfection et agir. Cela ne veut pas dire de faire des choses moches, pas finies ou qui ne marchent pas. Mais juste de se poser constamment la question “est-ce que ça fait bien le job ?”. Vu comme ça, vous allez dépoter beaucoup plus de choses sur votre todo list.

Corollaire : planifier c’est bien, agir c’est encore mieux. Attention à l’excès de planification qui sert surtout à essayer de se rassurer. La planification n’évite pas les imprévus, pas plus que la peur n’évite le danger. Faites vos premiers pas dans l’action et vos premiers doutes se dissiperont comme par enchantement. Le stress y succédera sans doute, mais couplé à l’action le stress peut être un accélérateur formidable alors que couplé à l’inaction il est un inhibiteur redoutable.

"Pour faire quelque chose de bien il faut d’abord faire quelque chose"

Yvon Chouinard


Shift #2 - Du doute vers les certitudes

Mieux vaut mettre ses certitudes dans sa poche et partir du principe que vous avez tout à apprendre et que vous n’avez, à ce stade, que des hypothèses. D’une part parce que c’est probablement vrai :) et d’autre part parce que la progression dans ce sens est plus agréable que l’inverse. Fonctionnez par essai / erreur pour dissiper les zones floues et challengez toujours vos idées reçues, vos certitudes et votre mode de fonctionnement jusqu'à trouver la formule qui marche. Et quand elle ne marche plus, challengez-la encore.

“Don’t fear failure. Fear being in the exact same place next year as you are today.”

Michael Hyatt


Shift #3 - Du produit à l'expérience client

Qu’on se comprenne bien : vous devez avoir un produit qui déchire et adapté au contexte et à l’usage de vos clients. Pas de compromis sur la qualité du produit. Mais vous devrez imaginer une expérience client qui va bien au delà. Exemples
- Amazon vous propose de lire les 2 premiers chapitres d’un livre (au format numérique), en attendant de recevoir la version papier.
- Zappos vous laisse 365 jours pour retourner (sans frais) un article commandé qui ne vous irait pas
- Trainline vous facilite l’annulation et le remboursement de billets SNCF en un clic
- Eastpak garantit ses sacs à dos pendant 30 ans

Ah, et formez-vous à l'UX (l'eXpérience Utilisateur)... mais pas comme ça, plutôt comme ça.

"You have to start with the customer experience and work backwards to the technology"

Steve Jobs


Shift #4 - De l'audience aux individus

Revenons un peu à l’individu, à l’être humain, aux personnes. D’accord, on vit dans une ère de communication de masse, et c’est un enjeu majeur pour tout entrepreneur de savoir bien communiquer. Mais à force de parler à tout le monde en même temps et sur le même ton, on n’est entendu par personne. Pour rendre ses messages audibles, il faut déjà les diriger, leur donner du sens et s’adresser à des individus. En bref, avant de prêcher dans le désert, créez d’abord votre tribu en privilégiant les relations interpersonnelles chaque fois que possible.

"Consumers are statistics. Customers are people."

Stanley Marcus


Shift #5 - De l'imposture à la légitimité

Vous pensez que vous n’êtes pas légitime pour porter votre idée ? que vous n’êtes pas assez qualifié ? que vous ne venez pas du bon milieu, des bons réseaux ? bref, que d’autres sont bien meilleurs que vous et que vous allez échouer pour cette raison précise. Verdict : vous souffrez du syndrome de l’imposteur. La bonne nouvelle : ça se soigne. La mauvaise : ça prend du temps :)

Dites-vous que vous n’êtes pas là par hasard et que le simple fait d’être intéressé(e) par la douleur de vos clients vous donne déjà une grande légitimité. Au vu de la difficulté de la tâche (entreprendre), vous êtes déjà un héros.

"Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres."

Michel Audiard


Vous avez aimé cet article ?Recevez les articles du Shift par mail
* requis

Comments are closed.

La lettre du Shift

La lettre du Shift

Pour recevoir notre lettre d'information qui parle d'innovation, de startups, d'entrepreneuriat, de créativité, d'agilité, de leadership, d'inbound marketing et de gif animés... ? Laissez votre email !

Merci ! Vous allez recevoir un email de confirmation, n'oubliez pas de cliquer sur le lien qu'il contient !

Partagez13
Tweetez
Partagez18